France (france24)

Coronavirus : en Iran, l’ayatollah Khamenei invite à prier à la maison lors du ramadan

By May 9, 2020 No Comments
Une femme portant un masque et des gants de protection passe devant le sanctuaire de l'Imamzadeh Saleh à Téhéran, en Iran, le 2 avril 2020.

En Iran, pays le plus endeuillé du Moyen-Orient par le Covid-19, l’ayatollah Ali Khamenei a invité jeudi les musulmans à rester chez eux pour prier pendant le ramadan. Celui-ci doit débuter à la fin du mois d’avril.

Publicité

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a appelé jeudi 9 avril la population à prier à la maison lors du mois de jeûne musulman pour enrayer la propagation du coronavirus en Iran, pays le plus touché par la pandémie au Proche et Moyen-Orient.

L’ayatollah Khamenei a appelé, dans un discours télévisé, les Iraniens à éviter les rassemblements lors du ramadan – qui doit démarrer fin avril.

“En l’absence de rassemblements publics pendant le ramadan, tels que des prières (collectives), des discours (…) dont nous sommes privés cette année, nous ne devons pas négliger la prière, la supplication et l’humilité dans notre solitude”, a déclaré le guide suprême iranien.

“Nous devons créer l’humilité et la supplication dans nos familles et dans nos chambres,” a-t-il ajouté.

Plus de 4 000 morts en Iran à cause du coronavirus

Le ramadan, l’un des cinq piliers de l’islam, correspond au neuvième mois du calendrier musulman. Son début, fixé sur la base de l’observation du croissant lunaire, devrait avoir lieu cette année durant la dernière semaine d’avril.

>> À lire : En Iran, révoltes et représailles mortelles dans les prisons touchées par le Covid-19

À l’heure de la rupture quotidienne du jeûne, des repas de fête rassemblent traditionnellement les familles et l’activité sociale est intense.

Ces prochaines festivités risquent toutefois d’être ternies par la pandémie de Covid-19, qui touche durement le pays. Les autorités iraniennes ont recensé jeudi 117 nouveaux décès dus au coronavirus, portant à 4 110 morts le bilan officiel de la pandémie en Iran.

À l’étranger, certains soupçonnent les chiffres officiels iraniens d’être sous-estimés.

Les premiers cas de contamination avaient été annoncés par les autorités le 19 février. Ils avaient été enregistrés dans la ville de Qom, dans le centre du pays. 

Avec AFP

0

Leave a Reply